☆★☆ LE BONHEUR APPARTIENT…

… à qui fait des heureux.

Jean Cazeneuve est né le 17 mai 1915 à Ussel (Corrèze) et mort le 4 octobre 2005 à Paris, est un sociologue et directeur de télévision français.

La citation semble pouvoir être attribuée, en réalité, à l’Abbé Delille. Jacques Delille, souvent appelé l’abbé Delille, né à Clermont-Ferrand le 22 juin 1738 et mort à Paris dans la nuit du 1er au 2 mai 1813, est un poète et traducteur français.

Quoiqu’il en soit, belle citation. Il en faut donc peu pour être heureux ! Lire ICI

Illustration : ♥ dédicace à mes deux petits chevaliers de lumière ♥

Prenez soin de vous.

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. hawwh dit :

    Le plaisir dont nous parlons est celui qui consiste, pour le corps, à ne pas souffrir et, pour l’âme, à être sans trouble. Lettre à Ménécée
    Le bonheur vient de l’intérieur., c’est la raison pour laquelle je suis Epicurienne

    Dans la Lettre à Ménécée, Épicure :

    -définit la philosophie comme une pratique visant à améliorer la santé de l’âme,
    invite à rechercher les causes qui produisent le bonheur, ainsi que les principes du “bien-vivre”,
    -dénonce l’incapacité des hommes à approcher la vertu, ce qui maintient le commun des mortels dans l’illusion et la superstition,
    -énonce que le bien et le mal résident uniquement dans la sensation de plaisir et de douleur,
    -déclare que la mort n’est rien, puisque toute sensation négative s’éteint avec la mort : la crainte de la mort est sans objet,
    -déclare que le sage doit rechercher la vie la plus agréable à travers les sensations,
    -affirme que la quête du bien-vivre est aussi celle du bien-mourir,
    -affirme qu’on ne doit ni compter sur l’avenir, ni perdre toute espérance en l’avenir : il faut instaurer un juste rapport au temps,
    -établit une classification des désirs telle que suit :
    Les désirs naturels :
    les désirs nécessaires :
    pour le bonheur (ataraxie),
    pour la tranquillité du corps (absence de douleur physique),
    pour la vie (sommeil, alimentation),
    les désirs uniquement “naturels”,
    Les désirs vains : il s’agit des désirs sont l’assouvissement peut provoquer une souffrance ou des risques futurs,
    -appelle à trouver un état stable de vie heureuse et agréable, fondé à la fois sur le plaisir raisonnable et sur l’acceptation d’un certain niveau de souffrance, en particulier s’il est inévitable,
    -appelle à se contenter de ce que l’on a, ou du strict nécessaire, c’est-à-dire de ce qui permet d’assouvir ses besoins basiques. La recherche de l’opulence peut en effet mener à des difficultés, des inquiétudes ou des déceptions,
    appelle à une sobriété sereine, loin de toute jouissance déréglée,
    invite à un “raisonnement vigilant”, permettant de faire les bons choix de vie afin d’éviter le trouble de l’âme, l’inquiétude et la déception : la valeur essentielle est la prudence,
    -décrit le destin de chaque être comme dépendant de 3 facteurs :
    la nécessité : c’est l’ordre des choses,
    la fortune : c’est ce qui cause chance ou malchance (ce que le commun des mortels prend pour le malheur et le bonheur),
    notre propre pouvoir : c’est notre capacité à bien raisonner, à juger sainement.
    C’est pour Épicure le facteur essentiel, supérieur à la fortune, celui qui détermine notre capacité à être heureux,
    -affirme enfin que le respect de ces préceptes permet de “vivre comme un dieu” et de toucher à l’immortalité.
    Ainsi, Épicure appelle à la libération personnelle vis-à-vis des craintes, des illusions et des superstitions. En effet, le bonheur ne dépend ni de la fortune, ni du pouvoir des dieux. Au contraire, il se construit par l’action et le raisonnement justes.

    Pour Épicure, le bonheur réside dans une sensation de plaisir stable, calme, sereine, durable, raisonnable. Le plaisir peut alors être défini comme la source du bien et de la vertu. C’est l’ataraxie : le bien suprême.

    Point essentiel : il ne faut pas chercher le plaisir pour le plaisir, car cela aboutirait à des conséquences néfastes. Le luxe est contraire à l’honnêteté et à la justice. La débauche et la luxure sont désordre et font peser des risques sur l’individu.

    Il ne faut donc pas confondre bonheur et hédonisme.

    D’autre part, la sensation de bonheur n’est pas uniquement liée au plaisir. Elle doit aussi savoir composer avec le malheur ou la souffrance. Ce qui fait dire que la capacité à être heureux vient avant tout de “l’intérieur”.

    Le bonheur vient de l’intérieur.
    Il y a chez Épicure cette idée fondamentale que le bonheur ne peut venir que de l’intérieur, autrement dit de la maîtrise de son propre psychisme. Il ne faut pas attendre le bonheur des autres, des dieux, ou de la fortune. Le bonheur se construit en soi, par une éthique de vie, une capacité à se comporter de manière juste et raisonnable.

    Ainsi, le sage sait se détourner de ses illusions. Il n’a pas peur des dieux. Il fuit l’excès. Il sait se maîtriser et ouvrir sa conscience.

    Chacun doit trouver en lui le chemin du bonheur, qui peut aller jusqu’à l’ascétisme si cela permet d’expérimenter une sérénité durable.

    Ps Pardonnez si c’est trop long mais j’ai pris du plaisir à partager

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s