La vie est trop courte pour qu’on soit pressé

le

Ce court-métrage raconte la vie d’un homme qui vit seul, réglant les moindres détails de sa vie comme une horloge.

Par un matin ensoleillé, le destin s’en mêle. 

L’homme / esprit qui est condamné à revivre sa matinée en boucle, tente désespérément d’échapper à son destin. 

Ce court-métrage laisse songeur sur la notion de destin et le sens que nous donnons à notre vie.

« Naître, mourir, renaître encore et progresser sans cesse, telle est la loi » Allan Kardec

La vie est trop courte pour qu’on soit pressé.

Merci Mélie pour la découverte.

Prenons soin de nous,

Miyakuye Oyasin

Jérémie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s