Notre chemin, nos chemins…

Un douloureux goût de cendre,

Trop tôt éteint, le volcan,

En enfer, fallait descendre,

On s’est dit « on s’envole quand »,

Chacun son tour les Cassandre,

« La saignée blanche », comme le sang,

Devait en nos cœurs, se répandre.

Mitákuye Oyás’iŋ

Jérémie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s