Pierre percée & coeur ouvert

Aussitôt je te touche et ton grain m’apaise,

A tes pieds je me couche et plus rien ne me pèse,

Par le passé déjà, ma fatigue en bandoulière,

Tu m’as pris le bras, as écouté mes prières, 

Au soleil, sous la lune, près de toi, 

Je reçois la lumière. 

Ils te disent menhir ou pierre, 

Je te sens amante ou mère. 

Prenons soin de nous, restons libres, soyons insolents.

Mitákuye Oyás’iŋ 

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Cette pierre me rappelle une sur Belle-île en Mer, votre poème lui va bien, très bon week-end

    J’aime

    1. JEREMIKARUS dit :

      Heureux que ce poème vous fasse voyager un peu ! Merci

      Aimé par 1 personne

  2. patnoe1964 dit :

    Quel beau texte

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s